Le Musée Anne de BeaujeuRetour à la page d'accueil du Musée Anne de BeaujeuConseil général de l'AllierRetour à la page d'accueil du Musée Anne de Beaujeu
Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Enregistrer cette page dans vos favoris.

Les collections permanentes

Constituées de dons, d’achats et de dépôts de l’Etat, les collections du musée regroupent quelques 20 000 objets d’art, d’archéologie et d’histoire naturelle dont une partie seulement est présentée dans les salles d’exposition.
Le parcours de visite s’articule autour des thématiques suivantes :

LionLion <br />statuette en terre blanche d'époque gallo-romaine<br />découverte à Vichy au 19<sup>e</sup> siècle

L’archéologie

Le fonds archéologique représente plus de 60% des collections du musée. Il est essentiellement issu de découvertes régionales du 19e siècle. Constitué d’objets datant du paléolithique à l’époque gallo-romaine, la collection comporte des pièces remarquables :

  • le mobilier lithique du site préhistorique éponyme de Châtelperron
  • un dépôt de fondeur de l’Age du Bronze découvert à La Ferté-Hauterive comportant notamment une ceinture à pendeloques
  • un important ensemble de figurines gallo-romaines en terre cuite de l’Allier (deuxième collection après celle du musée des Antiquités nationales)

En 2011, l’exposition « Carnet de fouille » a permis de présenter au public une partie de ce fond qui n’intègre pas encore le parcours permanent des collections. Une salle d’archéologie locale et nationale est en préparation.

Bas relief aux armes des Bourbon, bois polychrome et doréBas relief aux armes des Bourbon <br />bois polychrome et doré, entre 1488 et 1503

Les Bourbon et la sculpture médiévale bourbonnaise

Les ducs de Bourbon, notamment Pierre et Anne de Beaujeu ont été de grands mécènes. Ils se sont entourés des meilleurs artistes de leur temps pour donner au duché des bâtiments dignes de son rang. Les grands chantiers qu’ils entreprirent sur l’ensemble de leur territoire attirèrent architectes, peintres, sculpteurs, vitraillistes, dont certaines œuvres sont visibles au musée :

  • Suzanne de Bourbon sous les traits de la Vierge du célèbre sculpteur Jean Guilhomet plus connu sous le nom de Jean de Chartres, début du 16esiècle
  • un panneau héraldique aux armes de Pierre et Anne de Beaujeu en bois polychrome, entre 1488 et 1503
  • des fragments du tombeau de Louis II de Bourbon en marbre attribué à Jean de Cambrai, 15e siècle

Une galerie présente un ensemble de sculptures et peintures murales issues d’édifices religieux ou civils du Bourbonnais. Les plus anciennes statues présentées datent du 12e siècle (Vierges à l’enfant en bois polychrome) et les plus récentes sont du début du 16e siècle (essentiellement des représentations de saints).

Retable de Saint-EtiennePanneaux du <em>Retable de Saint Etienne</em><br />attribué au maître d’Uttenheim et à Michaël Pacher <br />huile sur bois, vers 1470

Peintures germaniques et flamandes des 15e et 16e siècles

Le musée possède une importante collection de peintures germanique et flamande : panneaux de retables, portraits, scènes bibliques. En cours de restauration, ces œuvres ne sont pas visibles actuellement.

  • Retable de Saint Etienne, Maître d’Uttenheim, huile sur bois, vers 1465-1475
  • Femme à l’oeillet, école de Lucas Cranach, huile sur bois, vers 1530
  • Retable de l’Adoration des mages, Maître de Francfort, huile sur bois, début du 15e siècle

Assiette, faïence stannifère à décor de grand feu polychromeAssiette<br />Moulins<br />faïence stannifère à décor de grand feu polychrome, vers 1750

Les arts décoratifs à Moulins au 18e siècle

Moulins fut un centre faïencier de premier ordre au 18e siècle. Les pièces exposées présentent les différents styles qui jalonnèrent cette production : décors populaires inspirés de la faïence de Nevers, style rocaille, chinoiseries...

La coutellerie ne relevait pas à Moulins d’une industrie utilitaire mais d’un artisanat de luxe. Au 18e siècle, Moulins comptait une cinquantaine de couteliers soumis aux règles des orfèvres. Ces couteaux précieux, en or, nacre et argent, sont présentés dans des étuis en galuchat ou en bois marqueté.

La vérité<em>La Vérité sortant du puits</em> <br />Jean-Léon Gérôme <br />huile sur toile, 1896

Peinture et sculpture du 19e siècle

Parmi la riche collection d’art de la seconde moitié du 19e siècle du musée, de grands noms se distinguent : Jean-Léon Gérôme, Jean-Paul Laurens, Jean-Louis Ernest Meissonier, Alexandre Cabanel, Georges-Antoine Rochegrosse, Jean-Jacques Henner... Principalement acquises par le musée à une époque où cet art académique était décrié, les oeuvres exposées permettent d’explorer tout un chapitre de l’histoire de l’art en abordant différents genres : la peinture d’histoire, le portrait, le paysage…

  • La Vérité sortant du puits, Jean-Léon Gérôme, huile sur toile, 1896
  • Le Matin de Castiglione, Jean-Louis Ernest Meissonier, huile sur toile, 1891
  • Les Hommes du Saint-Office, Jean-Paul Laurens, huile sur toile, 1889
  • Salammbô, Georges-Antoine Rochegrosse, huile sur toile, 1886